Caboufigue se presente! dit maurin suffoque d’etonnement


Maurin en route n’avait plus rien dit. Soit, reprit don Francisco Pacheco. Qui etait el Rayo? D’ou venait-il? Que faisait-il? A ces trois questions, bien courtes cependant, nul n’aurait su repondre avec certitude. Tout alla bien pendant plusieurs annees, don Melchior, fort bien traite par son pere, en arriva peu a peu a se persuader qu’a la mort de don Andres la fortune paternelle lui reviendrait en effet; mais il y a un an environ, mon maitre recut une lettre a la suite de laquelle il eut, avec son fils, une longue et serieuse explication. Lui, va le long des quais. Celui-ci ne fit pas d’objection, et tous deux entrerent dans la maison. Au moment ou il entrait dans sa chambre a coucher, un domestique parut et echangea quelques mots a voix basse avec le valet de chambre.

Cabissol ignorait ce dialogue quand il dit au prefet: –Tout ce que vous desirez que je rapporte a Maurin lui sera transmis fidelement, monsieur le prefet. Il faut imiter ce sang-froid, car on n’est plus un gamin.

Quand elle fut ouverte, nous pumes tous voir que les platanes de la terrasse etaient humides. Vous en aurez bientot la preuve. Soudain, une grande lueur teignit le ciel de reflets rougeatres et eclaira au loin la campagne. Oui, il fallait requisitionner une voiture. Madame de Saint-Baume le recut dans son petit salon aux tentures severes avec la cordialite due a un ancien ami, double d’un bon client. La barre coupee, le sanglier qu’on trouva tue raide sur place y fut suspendu, et descendit la colline vers la route ou l’attendaient les voitures des messieurs .

. . . Non.

. . Seigneurie, balbutia-il. Je vais rejoindre M. Ces cinq minutes que vous m’octroyez si genereusement sont inutiles, ma resolution est immuable, vous n’aurez ces papiers qu’avec ma vie. Ses beaux seins fermes bondirent comme des cavales fringantes. Voyez un peu, sans fusil, ce que peut faire le genie de l’homme! Quand il se releva, il apercut ses quatre enfants et sa femme qui venaient a lui. Il y a cinq ans, un Lyonnais, mon ami Larroi, s’y vint etablir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.